RDC: le gouvernement dévoile l’accord passé avec l’homme d’affaires Dan Gertler

Publié le : 02/12/2022 – 09:42

Texte par :RFISuivre

2 mn

Après pression de la société civile et du Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement congolais a rendu public, jeudi 1er décembre à Kinshasa, le protocole d’accord signé en février avec la société Ventora du milliardaire Israélien Dan Gertler. Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi a officiellement remis une copie de cet accord aux représentants de la société civile.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Ce règlement à l’amiable devrait permettre au pays de récupérer tous les actifs miniers et pétroliers attribués à l’homme d’affaires, pour une valeur estimée à 2 milliards de dollars. Et si le texte tant attendu et diffusé ne le prévoit pas, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, est fier d’annoncer que l’homme d’affaires israélien ne va plus mener ses activités en RDC : « Dan Gertler a accepté de restituer les actifs. Il a également accepté de mettre fin à ses activités en RDC. »

Kinshasa renonce à toute poursuite contre Dan Gertler présenté par certaines ONG comme l’architecte de la prédation sous l’ancien régime.

La partie congolaise s’est engagée à soutenir l’homme d’affaires dans son plaidoyer visant à faire annuler les sanctions américaines. « Nous estimons que le maintien de ces sanctions, une fois qu’un accord a été trouvé, continuerait de rendre impossible la mise en exploitation de ces actifs, explique le ministre des Finances. Parce qu’aucun homme d’affaires, aucune entreprise ne risquerait d’entrer en activités ou en transactions sur des actifs pour lesquels il pesait encore des sanctions américaines ».

Pas assez de documents publiés, selon la société civile

D’autres garanties et concessions de Kinshasa doivent encore être clarifiées dans les modalités de mise en œuvre de ce protocole que salue d’emblée Georges Kapiamba, l’un des représentants de la société civile : « C’est le peuple congolais qui gagne parce qu’il avait été privé de ses actifs miniers et pétroliers de plus de 2 milliards de dollars qui étaient sortis pratiquement de son patrimoine, mais qui sont revenus par le fait de cet accord. »

Une autre partie de la société civile estime que l’opacité plane toujours sur ce protocole et que seule une partie de documents a été publiée.

Print Friendly, PDF & Email

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *