POLITIQUE

En RDC, Olive Lembe Kabila donne de la voix

De première dame à opposante, il n’y a qu’un pas, qu’Olive Lembe Kabila franchit allègrement. Depuis que son époux, Joseph Kabila, a perdu le contrôle de l’exécutif, elle ne se prive pas de critiquer Félix Tshisekedi.

26 janvier 2023 à 18:10

Par Stanis Bujakera Tshiamala

Mis à jour le 26 janvier 2023 à 18:10

Olive Lembe Kabila, l’ex-première dame de la RDC. © Facebook – Marie-Olive Lembe Kabila

En ce mercredi ensoleillé, Olive Lembe Kabila pénètre dans les locaux du centre hospitalier Initiative Plus, qui porte le nom de sa fondation. En ce 25 janvier, il est prévu que l’ancienne première dame présente ses vœux au personnel – ce qu’elle fait. Mais il apparaît bien vite que c’est de politique qu’elle est venue parler.À LIRERDC : Olive Lembe Kabila, l’autre première dame

Face à son auditoire et aux caméras installées pour l’occasion par son équipe de communication, Olive Lembe Kabila se lance dans un véritable réquisitoire, étrillant le bilan de Félix Tshisekedi qui, la veille, a célébré ses quatre années au pouvoir. « Nous vivons une régression de la situation sécuritaire et sociale du pays, résume-t-elle. Échec sur échec. Et pourtant, ici, dans un passé très récent, on nous brandissait une petite baguette magique. »

« C’est un mensonge ! »

Elle en profite aussi pour tacler Nicolas Kazadi, le ministre des Finances, qui a récemment déclaré, dans une interview accordée à une radio locale, que les indemnités mensuelles de Joseph Kabila – 680 000 dollars, selon lui – ne figuraient plus au budget 2023. « Depuis 2020, mon mari n’a jamais touché un salaire de 680 000 dollars et ne l’a jamais réclamé, a-t-elle rétorqué. C’est un mensonge. Qu’on nous apporte des preuves ! »À LIRERDC : un mystère nommé Kabila

L’ex-première dame en est convaincue, tout cela fait partie d’une stratégie de diabolisation de son époux avant l’élection présidentielle, prévue en décembre. « On a peur de ce qu’il incarne, voilà pourquoi on essaie de le mettre en conflit avec la population. »

Depuis qu’à la fin de 2020 le président Tshisekedi a choisi de mettre un terme à la coalition qu’il formait avec son prédécesseur, Joseph Kabila est pourtant resté en retrait, affaibli par des défections en série. Plusieurs personnalités ou formations qui étaient membres du Front commun pour le Congo (FCC) ont en effet choisi de rejoindre l’Union sacrée, la majorité qui s’est formée autour du chef de l’État. Et cela, Olive Lembe Kabila ne leur pardonne pas.

« Tshisekedi a mordu à l’hameçon »

Au centre hospitalier Initiative Plus, elle dénonce les intrigues de ceux qui « ont travaillé, dans l’ombre, pour séparer Joseph Kabila du président Félix Tshisekedi ». Ceux-là, dit-elle, « avaient un agenda caché pour nous affaiblir, [et] malheureusement le président Tshisekedi a mordu à l’hameçon ».À LIRERDC : Joseph Kabila, le gentleman-farmer

Elle conclut en faisant état de « menaces de fermeture » de son hôpital. « Si, par malheur, on le détruisait, ce serait la population qui en souffrirait le plus. Le domaine de la santé est apolitique », insiste-t-elle.

Une chose est sûre, Olive Lembe Kabila n’a jamais été aussi offensive que depuis que son mari n’est plus au pouvoir. Et elle ne manque pas une occasion de parler politique. Le 16 janvier, déjà, se recueillant sur la tombe de Laurent-Désiré Kabila, assassiné vingt-deux ans plus tôt, elle ne s’était pas privée de dire que « le pays [allait] mal », visiblement soucieuse d’être entendue. Tout le contraire de son mari, muré dans le silence et reclus dans ses fermes de Kinshasa ou de Lubumbashi.

Print Friendly, PDF & Email

By admin

S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x