POLITIQUE

Jean-Pierre Bemba, du MLC à l’armée, les réseaux du nouveau ministre

Nommé vice-Premier ministre chargé de la Défense, cinq ans après son acquittement à la CPI, l’ancien chef de guerre congolais peut compter sur un solide carré de fidèles et dispose de relais dans son parti et l’armée.

21 mai 2023 à 16:03

Par Jeune Afrique

Mis à jour le 22 mai 2023 à 09:45

La Garde rapprochée de Jean-Pierre Bemba © MONTAGE JA
 © MONTAGE JA
© MONTAGE JA

Aux côtés de Vital Kamerhe, à qui a échu le portefeuille de l’Économie, ou de Peter Kazadi, nouveau vice-Premier ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre Bemba est indéniablement l’une des principales têtes d’affiche du dernier remaniement. Celui qui s’est progressivement rapproché de Félix Tshisekedi après son adhésion à l’Union sacrée à la fin de 2020 a hérité d’un poste sensible, en plein conflit avec les rebelles du M23, accusés par l’ONU d’être soutenus par le Rwanda. Pour avoir déjà occupé des fonctions de premier plan par le passé – il a été l’un des quatre vice-présidents pendant la transition – et parce qu’il n’a pas renoncé à défendre, après les prochaines élections, des ambitions présidentielles, Jean-Pierre Bemba sait le pari risqué.À LIREEn RDC, Jean-Pierre Bemba joue à quitte ou double

Les chantiers sont immenses, de la réforme à l’équipement de l’armée jusqu’au conflit avec le M23, qui se trouve dans une impasse militaire et diplomatique, avec l’annonce du déploiement d’une brigade de la Communauté économique des États de l’Afrique australe (SADC). Occupé ces cinq dernières années à restructurer sa formation politique, affaibli par sa longue détention à la Cour pénale internationale (CPI) et confronté à de nombreuses défections en son absence, Bemba a pu s’appuyer sur une poignée d’alliés qui, pour la plupart, l’entourent encore aujourd’hui. Au sein de son parti, de sa famille ou des services de sécurité, il dispose de relais de confiance pour l’épauler dans ses nouvelles missions.

 © MONTAGE JA
© MONTAGE JA

Fidèle Babala

Compagnon de route de Jean-Pierre Bemba depuis plusieurs décennies, Fidèle Babala, qui avait été condamné par la CPI pour subornation de témoins, est l’homme de confiance du Chairman. Longtemps secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo (MLC), il est devenu le numéro deux du parti en août 2021, succédant ainsi à la ministre de l’Environnement, Eve Bazaiba. Babala intervient principalement sur les questions de stratégie politique. Ces derniers mois, il a notamment œuvré dans l’ombre à la structuration de l’Alliance des partis alliés au Mouvement de libération du Congo (APA-MLC), un nouveau regroupement politique inauguré le 18 avril dernier.À LIRERDC – Jean-Pierre Bemba : « Je n’ai aucune revanche à prendre sur Joseph Kabila »

Depuis novembre 2022, Babala occupe aussi les fonctions de directeur général de la très stratégique Société aurifère du Kivu et du Maniema (Sakima). En juin 2021, cette dernière avait signé un accord avec l’entreprise rwandaise Dither pour l’exploitation et le raffinage de certaines mines d’or. Si le deal a depuis été abandonné en raison de la crise diplomatique avec le Rwanda, la Sakima demeure un rouage essentiel du partenariat que la RDC développe actuellement avec les Émirats arabes unis.

Raphaël Kibuka

Député le mieux élu parmi les 29 que compte le MLC, ce parlementaire de 47 ans est l’un des porte-parole du parti de Bemba. Signe de la confiance que le Chairman place en lui, il s’est aussi vu confier les rênes de la chaîne Canal Congo Télévision (CCTV), en janvier 2021. CCTV, que dirigeait jusque-là Jean-Jacques Mamba, un autre député du MLC, est l’un des médias dont Bemba est propriétaire, avec Radio Liberté Kinshasa (Ralik) et Canal Kin Télévision. Avocat d’affaires quand il ne siège pas à l’Assemblée, Kibuka défend par ailleurs les intérêts du puissant businessman indien Harish Jagtani, par ailleurs proche de l’ex-première dame Olive Lemba Kabila, épouse de Joseph Kabila.

Eve Bazaiba

Ministre de l’Environnement depuis avril 2021 – elle avait même le statut de vice-Première ministre avant le remaniement du 24 mars –, Eve Bazaiba demeure l’un des inamovibles piliers du MLC. Elle a rejoint le parti en 2007, après avoir milité de nombreuses années au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), d’Étienne Tshisekedi, dont elle s’était désolidarisée au moment du boycott des élections de 2006.À LIRERDC : entre Tshisekedi et Bemba, l’irrésistible ascension de Eve Bazaïba

Devenue secrétaire générale du MLC en 2014, lorsque le parti connaissait une vague d’abandons, elle a contribué à gérer la formation de Bemba pendant sa détention à La Haye. L’ancien chef de guerre l’avait confirmée dans ses fonctions une fois libéré avant de lui confier, en avril 2021, le plus important des trois ministères glanés par le MLC. Si elle a depuis été remplacée à son poste de secrétaire générale, elle demeure influente.

Alexis Lenga wa Lenga

Cet avocat de 59 ans est député national de Gemena, dans le Sud-Ubangi. Il s’agit du fief de la famille Bemba. Le patriarche Jeannot Saolona Bemba y est enterré et ses descendants y sont investis dans divers secteurs, de l’immobilier au commerce du café en passant par les transports. Lors de la précédente législature, Alexis Lenga wa Lenga était président du groupe parlementaire du MLC, alors confronté au départ de plusieurs de ses cadres.

Alexis Lenga wa Lenga est aujourd’hui chargé de la coordination des fédérations du parti. En octobre dernier, c’est au conseil d’administration de la Société nationale d’électricité (Snel) que cet avocat de formation a été intégré.

Valentin Gerengo

Sénateur, élu de la ville de Kinshasa, Valentin Gerengo est également président interfédéral du MLC. À ce titre, il a notamment été associé à la constitution de l’APA-MLC. L’ancien cadre de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP) avait été choisi par Bemba pour briguer le poste de deuxième vice-président du Sénat en février 2021, mais il avait échoué à conquérir ce rôle.

 © MONTAGE JA
© MONTAGE JA

Liliane Texeira Bemba

L’épouse de l’ancien chef de guerre est un rouage essentiel de son entourage proche. Très respectée par les membres du MLC, Liliane Texeira Bemba a été l’un des cadres du système Bemba pendant la détention de leur leader. Aujourd’hui encore, elle conserve un costume officieux de conseillère et suit de très près la situation politique. Depuis que son époux a été nommé vice-Premier ministre, elle l’accompagne aussi dans certains de ses déplacements.

Jonathan Bemba

Le fils cadet de Jean-Pierre Bemba est l’un des collaborateurs du ministre de la Défense, dont le cabinet est dirigé par le général Aimé Mbiato. Le 11 mai, Jonathan Bemba a notamment pris part au déplacement du vice-Premier ministre en Indonésie. Jean-Pierre Bemba, qui multiplie les discussions pour étoffer l’équipement de l’armée, était notamment venu y visiter des sites industriels militaires. Il était accompagné de Patrick Luabeya, l’un des envoyés spéciaux du président Tshisekedi.

Caroline Bemba

Députée de Gemena, le fief des Bemba, la sœur cadette du vice-Premier ministre fait figure d’alliée sur la scène politique et familiale. Au sein d’un clan secoué par la mort du patriarche, Caroline Bemba a été l’un des soutiens de son frère Jean-Pierre, dont elle est proche.

 © MONTAGE JA
© MONTAGE JA

Constant Ndima

Revenu dans la majorité à la fin de 2020, Jean-Pierre Bemba a vu ses réseaux dans l’armée se raffermir après la mise en place de l’état de siège, en mai 2021, et la nomination, dans les provinces concernées, de plusieurs anciens du MLC. Nommé gouverneur militaire du Nord-Kivu, le général Constant Ndima Kongba est peut-être celui d’entre eux qui occupe le poste le plus stratégique. Les deux hommes entretiennent encore aujourd’hui de bonnes relations. Depuis juillet, Ndima était relégué au second plan de la chaîne de commandement dans la province qu’il dirige. Quelques jours avant la nomination de Bemba, il a repris la conduite des opérations de terrain.

Benjamin Alongaboni

Promu vice-gouverneur de la province de l’Ituri lors de la mise en place de l’état de siège, Benjamin Alongaboni a pris la tête de la police nationale congolaise (PNC) le 1er avril, une semaine après la nomination de Jean-Pierre Bemba. Cet ancien des forces armées zaïroises a été, pendant la rébellion du MLC, l’un des hommes de confiance du Chairman en tant que commandant de la brigade du secteur Sud-Équateur. Il a remplacé Dieudonné Amuli aux commandes de la PNC.

Print Friendly, PDF & Email

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *