SOCIÉTÉ

RDC : en convalescence à Paris, François Beya joue les prolongations

Accusé de complot, l’ex-conseiller sécurité du président Félix Tshisekedi compte rester en France, où il reçoit des soins, alors que son procès reprend ce vendredi 30 septembre.

30 septembre 2022 à 12:48

Par Jeune Afrique

Mis à jour le 30 septembre 2022 à 12:48

François Beya est soigné à l’Hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris. © PRESIDENCE RDC

Pour la reprise du procès de François Beya, jugé pour complot aux côtés de cinq autres suspects, les magistrats de la Haute Cour militaire ont dû se passer de la présence du principal accusé. Les audiences ont redémarré dans l’enceinte de la prison de Makala, ce vendredi 30 septembre, mais l’ancien conseiller sécurité de Félix Tshisekedi se trouve, lui, toujours à Paris. Il y a été évacué le 19 août dernier après avoir bénéficié d’une remise en liberté provisoire pour raisons médicales. Les experts sollicités par la cour avaient estimé que son état de santé justifiait une prise en charge spécifique.

Rapport médical

À son arrivée en France, Beya avait été admis à l’Hôpital européen Georges-Pompidou. Plusieurs sources dans son entourage tablaient alors sur un séjour d’environ 45 jours. Mais il semble que cette étape parisienne soit sur le point de se prolonger.À LIRERDC : ces chefs d’État qui se mobilisent pour François Beya

Selon nos informations, François Beya a en effet sollicité l’extension de son « indisponibilité ». Un rapport médical a été présenté par sa défense à la reprise de l’audience. Ce document préconise une prolongation de trois mois de sa convalescence.

Rouage incontournable du dispositif sécuritaire et politique de Tshisekedi jusqu’à son arrestation en février dernier, « Fantomas », comme il est surnommé, continue de contester les charges retenues à son encontre. Depuis le début de l’affaire, il s’estime victime d’une guerre de palais.

Le Falcon 900 de Denis Sassou Nguesso

La justice, elle, l’accuse notamment de « complot contre la vie ou la personne du chef de l’État ». Il a passé plus de six mois en détention avant de bénéficier d’une remise en liberté provisoire. Son évacuation, fin août, a notamment été rendue possible par l’intervention de Denis Sassou Nguesso, dont François Beya était proche. Le président congolais, qui s’est plusieurs fois enquis de sa situation, avait mis à sa disposition le Falcon 900 qui avait permis au conseiller tombé en disgrâce de gagner Paris.

Print Friendly, PDF & Email

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *