Lualaba: mis à l’écart de gestion de la province depuis deux ans, Muyej démissionne

Mercredi 11 janvier 2023 – 07:30

Le Gouverneur du Lualaba Richard Muyej

Richard Muyej a officiellement déposé sa démission de son poste de gouverneur de Lualaba ce mardi 10 janvier auprès du Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur. Il dit rendre le tablier pour permettre à la gouvernance d’être légitime et aider sa province à poursuivre son élan de développement.

« L’opinion se rappellera que c’est depuis le 10 janvier 2021 que j’étais évacué en Afrique du Sud pour raison de santé. Ça fait deux ans que je suis loin de ma province, deux ans que ma province tâtonne, deux ans que ma province peine à soutenir l’élan de relance. J’estime qu’il était temps que j’arrête. Je ne sais pas exercer mes fonctions à 2000 kilomètres de ma province. Il était temps que j’arrête et que je donne la chance à la gouvernance de retrouver la légitimité à travers des élections libres et transparentes pour qu’enfin les bases de relance soient consolidées. Je ne voudrais pas être l’obstacle de développement à une province que j’aime beaucoup. Bref, c’est en toute liberté que j’ai déposé ma démission », a déclaré Richard Muyej. 

Il a fallu deux ans au gouverneur Muyej pour se décider. Derrière cette démission, Richard Muyej doit désormais faire face à la justice d’autant plus qu’il a été mis en accusation par l’assemblée provinciale du Lualaba et l’autorisation de sa poursuite en justice a été votée par cette dernière. Des graves soupçons de détournements des deniers publics pèsent sur lui, selon les conclusions de l’enquête de l’Inspection générale des finances (IGF), qui parle de près de 300 millions USD qui seraient détournés par Muyej.

« Pour ce qui concerne mes ennuis judiciaires, le dossier se poursuit normalement. Je suis serein, je vais répondre aux différentes invitations. Je suis un politique et je me prépare à tout », a-t-il indiqué.

La démission de Richard Muyej ouvre la boîte à questions sur l’avenir de la province du Lualaba. Selon la loi, le gouvernement provincial est d’office réputé démissionnaire. Une chose est vraie, celui-ci qui avait déjà fait l’objet d’un remaniement en mai 2022 par Fifi Masuka Saini, alors vice-gouverneur de la province, va-t-il démissionné? S’interroge un acteur de la société civile du Lualaba. Pour cet activiste de défense des droits humains, sans peur d’être contredit, “la démission du gouverneur Muyej ouvre ainsi la voie à l’organisation de l’élection pour avoir les animateurs qui vont répondre devant la représentation provinciale du peuple”, surtout que le Lualaba ajoute-t-il, était resté dans l’ingouvernabilité.

Ben Akili, à Kolwezi

Print Friendly, PDF & Email

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *