Les mines récupérées à Gertler attribuées aux inconnus par les autorités

07.05.2022,

-

Les organisations et plateformes de la Société Civile Congolaise ayant participé à la Table-Ronde avec la Présidence de la République sur l’Accord avec le groupe Ventora se disent consternées. Elles dénoncent l’attribution d’un contrat récupéré à Gertler aux inconnus par les autorités de la RDC.

C’est dans un communiqué de presse publié vendredi 06 mai que ces  organisations de la société civile l’ont fait savoir. De plus, elles révèlent  que le contrat  signé le 05 mai est « léonin ». Car,  il est signé dans la précipitation. Et de plus, il viole des lois de la république et du code minier. Sans oublier le fait qu’il a été attribué sans appel d’offre.

”Nous avons appris avec consternation et désagrément la signature d’un contrat léonin”, lit-on dans le communiqué de presse. Celui-ci indique par ailleurs que deux ministres ont cédé ce contrat. ”Les Ministres des Mines et du Portefeuille cédant de gré à gré à un inconnu dans le secteur des mines, la société canadienne AJN Resources appartenant au citoyen européen Klaus Peter ECKHOF”, explique le communiqué.

Il s’agit des actifs miniers récupérés récemment à l’homme d’affaires Israélien, Dan Gertler. ”Certains actifs miniers que la Présidence de la République a récupéré chez Ventora de Dan Gertler [le site minier d’or de Moku dans la Province du Haut-Uele], les gisements d’or de la Sokimo et Ituri et Bas-Uele dont ceux de Zani et Gada ainsi que le site minier de lithium de Manono qui doit appartenir à l’australien AVZ”, regrette la société civile.

Sabotage de la politique du chef de l’Etat ?

Les signataires de ce communiqué estiment que l’attribution de ce contrat est un sabotage de la politique du Chef de l’Etat. Et, ils accusent certains membres du gouvernement de le faire. Ainsi, ils font appel à leur sens  patriotique. ”Demandons patriotiquement au Président de la République et Chef de l’Etat, unique garant des intérêts du peuple congolais, de bloquer la mise en application de ce contrat conclu avec l’inconnue canadienne AJN Resources. Parce qu’il contredit tous ses efforts de bonne gouvernance dans le secteur minier”, a ajouté le communiqué.

il faut noter que onze organisations et plateformes de la Société civile congolaise ont  signé le communiqué. Parmi elles, on trouve par exemple,  CASMIA, CADRE DE CONCERTATION DE LA SOCIETE DU LUALABA et Espoir ONG. L’on trouve également,  la Ligue Contre la Corruption et l’Observatoire de la dépenses publique.
magazinelaguardia.info / MCP, via mediacongo.net

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published.