POLITIQUE

Stanis Bujakera Tshiamala maintenu en détention

Notre correspondant à Kinshasa, en RDC, se trouve désormais en détention préventive à la prison de Makala, sa demande de remise en liberté ayant été rejetée. Jeune Afrique dénonce une atteinte grave à la liberté de la presse.

16 septembre 2023 à 10:18

Par Jeune Afrique

Mis à jour le 16 septembre 2023 à 10:22

Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala. © DR

La justice congolaise a confirmé, ce vendredi 15 septembre, le maintien en détention de notre correspondant à Kinshasa, Stanis Bujakera Tshiamala. La demande de remise en liberté provisoire, qui avait été déposée en début de semaine par ses avocats, a également été rejetée. Ses conseils ont annoncé leur intention de faire appel.

Également directeur adjoint du site Actualite.cd, Stanis Bujakera Tshiamala avait été transféré, jeudi 14 septembre, à la prison de Makala, après avoir été entendu au commissariat provincial de Kinshasa puis au parquet pendant plusieurs jours.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=true&embedId=twitter-widget-

Arrêté le 8 septembre à l’aéroport de N’Djili alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol pour Lubumbashi pour des raisons professionnelles, notre confrère a été questionné sur un article publié sur le site de Jeune Afrique mais qu’il n’a pas signé. Ce texte évoque un rapport de l’Agence nationale de renseignements (ANR) sur les circonstances de la mort de l’ancien ministre Chérubin Okende, tué mi-juillet à Kinshasa.

Multitude de réactions

Selon le gouvernement congolais, qui en conteste l’authenticité, ce document est un faux fabriqué dans l’intention de « discréditer l’action gouvernementale ».À LIREArrêter un journaliste, c’est tuer la démocratie : libérez Stanis Bujakera Tshiamala !

Quoiqu’ayant nié être à l’origine de ce rapport, Stanis Bujakera Tshiamala est désormais accusé de « propagation de faux bruits, faux en écriture et usage de faux, et diffusion d’un faux document ».

Jeune Afrique dénonce une atteinte grave à la liberté de la presse en RDC et demande une libération immédiate de son correspondant, auquel nous réitérions tout notre soutien et notre confiance.

De nombreuses voix se sont élevées ces derniers jours en RDC et à l’étranger pour demander qu’il soit libéré.

Print Friendly, PDF & Email

By admin

S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x