RDC-Matata: « Il m’a été demandé d’intégrer l’Union sacrée, j’ai refusé »Mercredi 4 mai 2022 – 07:34

Matata Ponyo, président de LGD

Matata Ponyo, président de LGD

Augustin Matata reviens sur la scène politique. L’ancien premier ministre dit vouloir jouer un rôle de premier plan. Il a lancé son parti politique (LGD) et s’est même déclaré candidat à la prochaine présidentielle. Il dit avoir un rêve, comme Patrice Lumumba. Mardi à Showbuzz, il a dénoncé la mauvaise gouvernance et le déficit de leadership qui sont à la base de la persistance de l’insécurité dans l’Est de la RDC, laquelle insécurité serait un blocage au développement économique du pays. 

« Malheureusement, en dépit de ses richesses et potentiels de marché, le  pays figure parmi les plus pauvres de la planète, 62 ans après son accession  à l’indépendance. Plusieurs raisons sont avancées pour justifier une telle  paupérisation de sa population, mais le déficit du leadership est sans nul  doute le facteur le plus explicatif », explique le parti qui se réclame de la social-démocratie et qui a achevé son tout premier congrès. 

Dans son discours, Matata Ponyo s’est également attaqué à l’actuel pouvoir.

« Il m’a été demandé d’intégrer l’Union sacrée, j’ai refusé. Il m’a été demandé de dire que je ne serai pas candidat Président en 2023, j’ai refusé. Hier, j’ai accepté le choix de mon Parti, LGD, d’être candidat aux présidentielles de 2023. Je serai donc candidat Président en 2023 », dit-il.

Il accuse l’Union sacrée de vouloir l’abattre politiquement.

« Pour m’abattre politiquement, la machine politico-judiciaire a été mise en marche. Le Parquet près la Cour Constitutionnelle s’y est employé, mais, la Constitutionnelle a dit NON à l’injustice. Le Parquet  près la Cour de cassation vient de confirmer la décision de Constitutionnelle. Vive le bon droit », ajoute t-il.

Pour le contexte, il est poursuivi aux côtés de Patrice Kitebi, ancien ministre délégué aux Finances au moment des faits, et d’un ressortissant sud-africain, Grobler Christo, gérant d’une société sud-africaine dans le cadre du dossier Bukanga Lonzo.

Tous trois sont soupçonnés d’avoir détourné, alors que Matata était Premier ministre, plus de 200 millions de dollars de fonds publics destinés au parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo, à 250 km au sud-est de Kinshasa.

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published.