« Il ne se fait pas trop tard pour ouvrir les yeux  mais il se fait trop tard
pour ne jamais ouvrir les yeux »

Comme le CET l’a déjà décrit dans son document  intitulé « Position du CET suite a la reunion
du Conseil de Sécurité du 31 mai 2022 »
, une des causes de la résurgence du M23 est la mauvaise politique  de resucée du Plan Sarkozy pour le partage des richesses et de l’espace congolais avec l’Ouganda et le Rwanda; plan rejeté en 2009 par Joseph Kabila. Affirmer ce fait ne signifie pas être pro-kabila. C’est un fait établi par des expert indépendants.

N’est-il pas surprenant de voir la hargne avec laquelle nos frères  dont la tendance politique   est bien connue  attaquer le CET parce que nous leur montrons du doigt la principale cause du retour en force de M23 appuyé par le Rwanda,  cause signalée aussi par des experts internationaux? Toute tentative de nous contraindre d’adopter une pensée binaire est vouée à l’échec.

La pertinence de  l’analyse du CET du mois de février 2022   vient d’être confirmée par International Crisis  à la fin du mois de  mai dernier.  Voici  quelques extraits  du document de International Crisis:

 

« Le président Félix Tshisekedi a […] ouvert la boîte de Pandore en invitant des troupes de pays voisins à combattre les rebelles basés en République démocratique du Congo (RDC). […] La décision de Tshisekedi de convier des troupes étrangères pourrait bouleverser l’est de la RDC, déjà instable, en déclenchant une guerre par procuration ou en revigorant les rebelles congolais.
Depuis des années, les rivalités entre voisins de la RDC ont engendré d’innombrables insurrections qu’ils pourraient utiliser les uns contre les autres. La campagne militaire de l’Ouganda a particulièrement irrité le Rwanda. Ces interventions provoquent de nouveaux bouleversements dans un pays qui a
déjà beaucoup souffert des rivalités régionales.[…]

 Les rivalités économiques expliquent en partie l’inimitié entre le Rwanda et l’Ouganda. Les deux pays se disputent depuis longtemps le contrôle des ressources naturelles de l’est de la RDC. Près de 90 pour cent de l’or congolais est acheminé en contrebande vers les pays voisins, la majeure partie
au Rwanda et en Ouganda.  L’or représente a principale source de devises étrangères dans les deux pays, alors même qu’ils n’en produisent que peu…

L’Ouganda et le Rwanda comptant tous les deux sur l’accès à l’est de la RDC pour dynamiser leurs économies, Tshisekedi devra trouver un équilibre subtil ( ?). Un accord entre Tshisekedi et Kagame, conclu en juin 2021 et
accordant à une société rwandaise le droit de raffiner de l’or produit au Congo, aurait agacé Kampala. De nombreux Congolais ont été également surpris que Tshisekedi accepte l’accord.  Pour sa part, Kagame serait contrarié par un vaste projet routier ougandais dans l’Est congolais, qui vise à ouvrir des routes commerciales vers trois villes de la région et à fournir ainsi des alternatives au poste-frontière de Gatuna/Katuna. Kagame considère apparemment qu’au moins une de ces routes est trop proche de
la frontière rwandaise et se trouve donc dans ce qu’il perçoit comme étant la sphère d’influence de Kigali ».

Le CET n’est pas l’ennemi en disant qu’il faut ouvrir les yeux et cesser avec la politique inconsidérée  d’ouverture commerciale  avec le Rwanda et l’Ouganda.

 

Par ailleurs, il faut aussi cesser avec les discours haineux et réactionnaires de  « congolité »;
discours  dénoncés au conseil de sécurité de l’ONU  fragilisent davantage la cohésion  nationale  en aliénant la nation de la loyauté de ceux qui sont déshumanisés a la longueur des journées par les extrémistes.

Les discours haineux peuvent servir d’alibi aux puissances occidentales pour balkaniser notre pays.  Ceux-là mêmes qui passent leur temps à se présenter comme défenseur du Congo en traitant leurs compatriotes de « nyangalata », « incirconscis », etc., devraient prendre conscience qu’ils sont en train de mettre le feu aux poudres car on ne construit pas un pays par des incitations à la haine ethnique et la discrimination.

 

Comme Patrice Lumumba l’avait dit en son temps à propos des antagonismes ethniques
: « l’ennemi nous guette ».

La chute de Bunagana une ville congolaise a la frontière avec l’Ouganda doit nous interpeller. Ce n’est qu’une bataille perdue, nous gagnerons la guerre ! “A luta continua, vitória é certa”

Christopher Djuma

 

 

 

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published.