Insécurité dans l’Est : La RDC demande à l’UA d’appuyer sa démarche auprès du Conseil de sécurité pour l’examen du récent rapport des experts de l’ONU

Droits tiers

La République démocratique du Congo (RDC) demande au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine (UA) d’appuyer sa démarche auprès du Conseil de sécurité de l’ONU, afin d’obtenir l’examen, dans le plus bref délai, du récent rapport des experts onusiens faisant état de l’appui du Rwanda aux rebelles du M23 qui endeuillent actuellement la partie Est de la RDC.

C’est l’appel lancé par le ministre congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, dans son discours, ce mercredi 31 août 2022, au cours de la réunion virtuelle du Conseil de Paix et de Sécurité de de l’Union africaine (UA).

« En effet, il serait incompréhensible et inadmissible, voire scandaleux, que les Nations-Unies et l’Union africaine gardent silence et soient indifférentes à la violation aussi grave des règles fondamentales qui président aux relations entre les États et consignées dans leurs actes fondateurs, à savoir, le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures. Ce rapport devra permettre d’attaquer le mal à la racine et de le guérir durablement. C’est une pièce importante du dossier à laquelle l’UA, plus particulièrement sa commission et son Conseil de Paix et de Sécurité ne peut se désintéresser », a-t-il déclaré sur un ton ferme.

Dans le même registre, le patron de la diplomatie congolaise a sollicité le soutien du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA à la requête de la RDC adressée au Conseil de sécurité de l’ONU, relative à l’embargo qui la frappe, sur l’obligation de déclarer au Comité des sanctions des achats d’armes et munitions.

Christophe Lutundula a, par ailleurs, souligné que le retrait du M23 et la cession des activités guerrières du Rwanda requièrent des mesures coercitives de la part de la communauté internationale, en particulier de l’ONU, de l’UA et des communautés régionales.

La problématique du retrait de la Monusco a aussi été abordée par le chef de la diplomatie congolaise. Il a insisté sur la nécessité de décrypter froidement le message du peuple congolais et de réfléchir profondément sur la pertinence du mandat actuel de la mission onusienne en RDC et de l’utilité de ce mécanisme de paix, 20 ans après sa création.

Plaidant pour la création des conditions de retour de paix dans l’Est de la RDC, Christophe Lutundula a exigé le retrait immédiat et sans condition du M23 des localités occupées, la cessation des interventions militaires Rwandaises sur le sol Congolais, le retour des personnes déplacées et le déploiement rapide de la force régionale Est-Africaine.

Orly-Darel Ngiambukulu

Print Friendly, PDF & Email

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *