Élections 2023 : « je recommande de ne guère choisir pour Président quelqu’un qui utilise l’insulte comme argument » (Denis Mukwege)

Rédaction KinshasaBy Rédaction Kinshasa21 novembre 2023 à 14:34

PARTAGER

Alors que certaines sources annonçaient son imminent désistement pour soutenir la candidature de Moïse Katumbi, le médecin congolais, Denis Mukwege, également candidat à la prochaine présidentielle prévue le 20 décembre, devrait faire la bande à part. Il a présenté ce mardi 21 novembre son projet de société axé sur des actions-clés dénommées « les 12 sécurités ».

Dans le préambule de son projet de société, le récipiendaire du Prix Nobel de la Paix 2018 a expliqué ne pas être candidat pour « commencer une carrière politique », mais plutôt pour trois fins : la fin de la guerre, la fin de la faim et la fin des vices.

PUBLICITÉ

« Ces trois fins montrent et démontrent qu’il faut plus que gouverner autrement la République démocratique du Congo ! Il faut la sauver. Vous avez maintenant une décision historique et grave à prendre. Elle consiste à donner au pays le cap qu’il cherche, et à notre société, la boussole qui lui fait tant défaut. Ce défi n’est ni au-dessous des intelligences des candidats, ni au-dessus de la clairvoyance des électeurs », a-t-il déclaré.

Denis Mukwege a annoncé que d’ici la fin de la campagne, il ne mettra en exergue que les trois axes majeurs qui forment la raison d’être de sa candidature à la Présidence de la République. Il s’agit d’abord de « Mon Plan de Paix », de « Mon Plan pour la fin de la faim » et de « Mon Plan pour la fin des vices ».

« Tout au long de cette campagne électorale, je n’attaquerai aucunement mes adversaires. Cela n’éclaire nullement le débat, offense la dignité de la fonction à laquelle nous sommes candidats et dégrade l’intelligence collective. Convertir les insultes en idées et idéaux est le défi que chaque candidat se doit de relever pour contribuer au stop de l’effondrement moral de notre société. Qu’il me soit donc autorisé de vous recommander de ne guère choisir pour Président quelqu’un qui utilise l’insulte comme argument », a soutenu le lauréat du Prix Sakharov 2014, tout en estimant que « chaque candidat a un devoir d’intelligence exemplaire et de comportement éthique irréprochable ».

Selon lui, l’enjeu du choix d’un congolais aux élections doit être la fin de la guerre, qui est à cet effet, son premier souci, et pour laquelle il a pris des « grands risques personnels » ; la fin de la faim, pour faire respecter les congolais, et la fin des vices pour enraciner le bien-vivre ensemble congolais.

« C’est, en trois évocations, le centre du débat et l’engagement central de ma candidature […] Je n’accepte plus qu’on se moque de notre pays et qu’on méprise notre peuple », a-t-il conclu.

Monge Junior Diama

Print Friendly, PDF & Email

By admin

S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x