POLITIQUE

Guerre en Ukraine : les dessous du huis clos entre Volodymyr Zelensky et l’Union africaine

Ce lundi 20 juin, le chef de l’État ukrainien s’est exprimé devant l’organisation panafricaine lors d’une réunion virtuelle à laquelle seuls quatre chefs d’État du continent ont pris part.

20 juin 2022 à 19:22

Par Jeune Afrique

Mis à jour le 20 juin 2022 à 20:31

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’adresse au sommet sur la sécurité en Asie, en direct de Kiev, le 11 juin 2022. © Ukrainian Presidential Press Off/Planet Pix via ZUMA Press/REA

Près de quatre mois après le début de l’intervention russe en Ukraine, Volodymyr Zelensky s’est adressé par visioconférence à l’Union africaine (UA) ce lundi 20 juin, en début d’après-midi. Cette réunion s’est déroulée à huis clos et a été dirigée par le Sénégalais Macky Sall, président en exercice de l’UA, en présence notamment de Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’UA.

Le soutien de l’Afrique

Selon une source interne, tous les chefs d’État du continent étaient conviés mais, outre Macky Sall, trois d’entre eux seulement ont participé au huis clos depuis leurs bureaux présidentiels respectifs : l’Ivoirien Alassane Ouattara, Mohammed el-Menfi, président du conseil libyen, et le Congolais Denis Sassou Nguesso. Leurs homologues étaient représentés par leurs ministres des Affaires étrangères ou leurs ambassadeurs. Ces derniers participaient le même jour à une réunion du Comité des représentants permanents (COREP), qui prépare le sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’UA prévu le 17 juillet à Lusaka, en Zambie.À LIREGuerre en Ukraine : Dakar au centre d’une lutte d’influence entre les États-Unis et la Russie 

Lors de son allocution, qui n’a pas été rendue publique, Volodymyr Zelensky a dénoncé l’agression russe, sollicitant le soutien du continent africain face à cette atteinte à la souveraineté de son pays. Il a également dit sa volonté de renforcer ses liens avec l’Afrique lorsque la guerre sera terminée.

Après s’être exprimé devant le Parlement européen en mars puis devant le Conseil de sécurité de l’ONU en avril, Volodymyr Zelensky avait déjà échangé avec le chef de l’État sénégalais par téléphone. C’est à cette occasion qu’il a demandé à s’adresser à la conférence des chefs d’État de l’UA.

Résister au chantage

Mais au sein de l’organisation, ce souhait s’est heurté aux réticences de plusieurs États membres, au premier rang desquels l’Afrique du Sud. Entre abstention ou même soutien à Moscou, une vingtaine de pays africains, dont le Rwanda, le Mali ou le Kenya, avaient d’ailleurs refusé de condamner l’agression russe lors d’un vote aux Nations unies, préférant rester à distance du conflit.

En outre, le 3 juin, Macky Sall a rencontré Vladimir Poutine lors d’un déplacement très remarqué à Moscou. Il y a plaidé la cause de l’Afrique, menacée par une crise alimentaire sans précédent. Le continent est confronté à une flambée des prix des denrées de première nécessité engendrée par la hausse des cours du pétrole, mais aussi par les difficultés dans l’approvisionnement des intrants agricoles et de certains produits céréaliers, notamment le blé. 30 % de cette céréale consommée sur le continent provient de Russie et d’Ukraine.À LIREFace à Poutine, Macky Sall plaide la cause de l’Afrique

Sur ce point, le président ukrainien s’est montré rassurant, exhortant ses homologues à ne pas céder à un chantage sur la pénurie de blé. Il a également annoncé que des voies de transit terrestres étaient envisagées pour les exportations de blé.

De son côté, Macky Sall a appelé à une désescalade. « L’Afrique reste attachée au respect des règles du droit international, à la résolution pacifique des conflits et à la liberté du commerce », a-t-il ensuite tweeté.

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published.