RDC : Le député Gracien Iracan appelle le gouvernement à dialoguer avec les Congolais membres du M23

Droits tiers

Le député national Gracien Iracan a, dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce dimanche 15 janvier 2023, formulé quelques suggestions au Gouvernement dans le but de restaurer la paix dans la partie Est de la République démocratique du Congo.

Le katumbiste G. Iracan invite le gouvernement à négocier avec les Congolais se trouvant au sein de la rébellion du M23, pour en savoir plus sur leurs revendications.

« Vous savez, il y a des groupes armés congolais qui sont actuellement en processus des pourparlers avec le gouvernement, qui ont coulé le sang dans notre pays. Et aujourd’hui, ils ont en train de parler avec le gouvernement dans un processus de paix. Le M23, oui c’est un mouvement terroriste, mais nous avons des Congolais qu’on connaît qui sont dans le M23 et ces Congolais-là peuvent nous aider pour nous dire clairement ce qui se passe au sein du M23. Qui sont-ils et qu’est-ce qu’ils revendiquent, comment les Congolais là peuvent accompagner ces terroristes ? », a suggéré Gracien Iracan.

Au regard de la dégradation de la situation sécuritaire sur terrain, l’élu de l’Ituri pense que ça serait une aberration pour le gouvernement de fermer complètement la porte aux négociations.

« Donc, le gouvernement ne doit pas complétement fermer la porte à tout le monde, écouter même les congolais qui sont là et on saura ce qu’on peut faire par rapport à ce qui se passe là-bas à l’Est. Je pense que c’est une aberration de fermer toutes les portes aux négociations quand il s’agit des fils congolais qui sont concernés dans ce conflit », a-t-il martelé.

Réagissant à la question sur la présence de la force régionale de l’EAC dans le Nord-Kivu, Gracien Iracan invite l’Assemblée nationale à se saisir du dossier pour essayer de clarifier la mission de cette brigade en RDC.

« Donc la population est aujourd’hui dans la confusion, on ne sait pas dans quel cadre intervient l’EAC, qu’est ce que l’EAC fait exactement avec ses forces qui sont sur terrain. Donc, c’est une ambiguïté totale et c’est important aujourd’hui que l’Assemblée nationale puisse s’en saisir pour essayer de clarifier la mission de l’EAC », a ajouté G. Iracan. 

Rappelons par ailleurs qu’à ce stade, le Gouvernement Congolais a fermé la porte à toute négociation directe avec les terroristes.

Roberto Tshahe

Print Friendly, PDF & Email

By Habari

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *